En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris

NEWSLETTER

dimanche, 21 avril 2019 16:02

Réduisons nos déchets : le compostage

Inaugurons cette rubrique par le compostage !

Facile à mettre en place, surtout quand nous avons la chance de vivre en maison avec jardin, le compostage permet, par la valorisation des déchets organiques, de réduire de 30% le volume de notre poubelle et d'obtenir un engrais naturel intéressant pour amender les cultures (légumes, fleurs, arbustes...).

Vous pouvez soit faire un tas à l'air libre, soit faire votre compost dans un bac dédié situé dans un endroit judicieusement choisi de votre terrain : zone semi-ombragée, facile d'accès et pas trop éloignée (sous peine de décourager la bonne âme qui devra vider le seau à compost régulièrement !). Pourquoi pas à côté de votre poubelle ? Le bac se pose à même la terre, se remplit par le haut, et le compost se récupère par le bas.

Voici mon composteur :

images composteur 1

À gauche le bac entièrement fermé, au centre avec le couvercle supérieur de remplissage ouvert, à droite avec la trappe inférieure de récupération du compost ouverte.

 

Votre compost pourra être alimenté toute l'année en alternant les différents « ingrédients », mais il y a aussi des choses à proscrire :

Je mets dans le compost :
fanes et épluchures de fruits et légumes, tonte de pelouse, feuilles mortes, cendres refroidies de votre cheminée, marc de café, filtres, sachets de thé, fleurs fanées, coquilles d’œufs concassées, essuie-tout non imprimé, fruits et légumes pourris, branchages broyés
Je ne mets pas dans le compost :
plantes malades, cailloux, sable, mégots, charbon de barbecue, papiers imprimés, restes de viandes et poissons (pour éviter les odeurs et surtout les rongeurs), épluchures d'agrumes traités (non-bio), litières, noyaux et coques de noix/noisettes qui mettent trop longtemps à se décomposer

On brasse de temps en temps pour bien aérer et on vérifie qu'il soit légèrement humide, un peu comme une éponge essorée (sinon, on l’arrose légèrement). Si vous y trouvez des vers de terre et/ou des grosses larves blanches de cétoines dorées, c'est plutôt bon signe !

Voici à quoi ressemble mon compost :

images composteur 2

À gauche mon composteur avec sa trappe inférieure ouverte, à droite du compost prélevé tout en bas et prêt à être utilisé.

Si vous commencez un nouveau compost, vous devrez attendre environ six mois avant qu’il ait cet aspect et soit prêt à être utilisé comme engrais. Ensuite, si vous l’alimentez régulièrement, votre composteur produira en continu !

Pour ceux qui n'ont pas un grand jardin, il est également possible de recourir au lombricomposteur à alimenter avec vos épluchures et du carton/papier. Pour en savoir plus, cliquez ici pour visionner une vidéo de la Communauté de Communes de Montesquieu.

Ou pourquoi ne pas se lancer dans un « compost partagé » entre voisins sur un espace commun à plusieurs ?

 

Et, bonne nouvelle, il est possible de se procurer un bac de 345 litres (15 €) ou de 830 litres (30 €) ou un lombricomposteur - avec les p'tits vers qui vont bien ! - (35 €) auprès de la Communauté de Communes de Montesquieu (réservation sur rendez-vous, appelez le 05 57 96 01 24).

Pour vous simplifier l’acquisition d’un composteur, la mairie de Saint-Morillon vous propose de regrouper vos commandes et de les livrer dans ses locaux. Pour cela, il vous suffit de venir à la mairie déposer un chèque à l’ordre du Trésor Public et de fournir vos coordonnées avant le vendredi 28 juin 2019 (heures d’ouverture sur la page d’accueil). Vous serez prévenu(e) et pourrez venir chercher votre composteur à la mairie de Saint-Morillon début juillet.

FLYER CCM

 

Il n'y a pas de petits gestes si nous sommes 7 milliards à les faire !

signature